• Légende : A l’aide d’une grande tige en plastique, le sondeur doit marteler le manteau blanc pour retrouver les rebords de la route. « On y va à tâtons, explique Bernard Desandre, c’est assez subtil, la couche de glace sonne dur et coince la sonde tandis que le goudron renvoie un bruit clair. » Dès que l’agent a repéré la bordure, il plante un arbuste dans la neige en guise de signalement à destination du chauffeur de la fraiseuse. Quelle que soit la météo, celui-ci n’a qu’à suivre cet étalon qui lui indique les limites extérieures de la voie à ouvrir.